La drogue: Quoi faire.

Votre adolescent persévère dans des comportements délinquants, il continue de vivre des expériences négatives qui le marqueront pour la vie. Vous pouvez vraiment faire la différence en tant que parents pour votre enfant en allant chercher du soutien. Votre coach saura vous épauler dans votre démarche parentale.

Les drogues: parlons-en sérieusement!

  • Saviez-vous que les adolescents qui se sentent attachés à leur famille sont plus susceptibles d’éviter les dangers liés aux drogues!
  • Saviez-vous que les drogues sont potentiellement dommageables, tant physiquement que psychologiquement. Les conséquences de l’usage de drogues peuvent être plus graves chez les adolescents que chez les adultes parce que le cerveau des jeunes est encore en développement!
  • Saviez-vous que votre jeune a un fort pourcentage de chance de se retrouver dans une voiture aux côtés d’un conducteur ayant consommé de la drogue dans les heures précédentes!
  • Saviez-vous que les parents qui discutent avec leurs enfants et qui surveillent leurs activités réduisent la probabilité que ces derniers fassent usage de drogues!
Les parents pèsent beaucoup dans la balance quand leurs jeunes font des choix face à la consommation de drogue.

Il n’est pas rare que les adolescents éprouvent des problèmes d’estime personnelle et qu’ils doutent de la place qui leur revient dans la société. Ils subissent des pressions sociales et des influences puissantes et complexes. Comme parents vous avez peut-être parfois l’impression de ne pas tout à fait bien comprendre ces pressions et ces influences. Vous ne vous sentez pas bien informés à propos des dangers et des conséquences liés à l’usage des drogues, et vous trouvez cela difficile d’aborder le sujet avec votre adolescent. Votre coach lui, il connaît ça. Vous sentez que vous perdez de l’influence sur votre jeune à mesure que celui-ci grandit et qu’il s’approche de l’âge adulte. Vous n’avez plus aucun repère avec lui. Votre coach est là pour vous aider à trouver des solutions.

Comme parents vous êtes en mesure de faire une grande différence auprès de votre jeune si vous êtes bien conscientisés et mieux outillés. Votre coach est là pour vous transmettre ses outils acquis depuis des années. Avec votre coach vous serez en mesure de mieux guider votre adolescent et de l’accompagner dans l’acquisition de compétence qui lui permettra de faire des choix sensés et de prendre des décisions éclairées autant dans son milieu scolaire, social ou avec ses amis.

Il est important de parler des drogues avec votre jeune, car de cette façon, vous le préparez aux nombreuses décisions qu’il aura à prendre un jour ou l’autre et qui, à long terme, influenceront le cours de sa vie.

Voici quelques trucs qui faciliteront les discussions avec votre jeune:
  1. Soyez à l’écoute de ses préoccupations et prenez ses questions au sérieux.
  2. Prenez l’habitude d’échanger régulièrement avec votre jeune sur divers sujets. Les discussions sur l’usage de drogues n’en seront que plus faciles le moment venu.
  3. Abordez le sujet avant même que les questions surviennent, discutez de l’enjeu des drogues dès que votre jeune découvre leur existence par le biais des amis, des médias ou de son entourage.
  4. Il est souhaitable que votre jeune tire ses premiers apprentissages des risques liés aux drogues de la part de ses parents. Le point de vue que ces derniers inculquent à leur jeune sur l’usage des drogues constitue la pierre d’assise sur laquelle il fondera plus tard sa propre opinion.
  5. Mettez cartes sur table quant à votre position. L’efficacité de la communication avec votre adolescent repose sur des idées claires. Dès lors, votre jeune doit savoir que votre position est tranchée sur la question des drogues et que son comportement sera mesuré en fonction de vos principes.
Il est important comme parent de favorisez l’estime de soi de votre jeune. L’usage de drogues chez les adolescents est parfois motivé par la pression des amis. Pour la plupart des jeunes, le fait d’être accepté et de s’intégrer est prioritaire et ce ne sont pas tous les jeunes qui ont la capacité de résister à la pression des pairs. Les jeunes qui ont confiance en eux-mêmes seront mieux outillés pour parer ou contrer les pressions sociales qui les incitent à consommer des drogues. En tant que parents vous êtes en mesure de favoriser cette confiance en soi.

N’oubliez pas non plus que nos jeunes d’aujourd’hui aiment de plus en plus les sensations fortes comme les sports extrêmes. La consommation de drogue amène des sensations extrêmes et même dangereuses, alors c’est à vous comme parents de détourner le besoin qu’ils ont de ressentir ces fortes sensations dans des activités qu’ils développeront et qui pourront les amener à ressentir des sensations tout aussi fortes mais différentes.

Conseil important: Soyez à l’affût des indices qui vous indiqueront si votre jeune consomme ou pas de la drogue.

Voici les indices:
  • Le cercle des amis de votre jeune se transforme. Celui-ci délaisse peu à peu ses anciens amis et se tourne vers des gens dont il ne vous parle jamais et qu’il n’invite pas à la maison. Il se pourrait qu’il reçoive plus d’appel que d’habitude sur son cellulaire et plus de message texte. Et, soit dit en passant, si vous êtes le parent qui payez pour le cellulaire dites-vous bien que celui-ci vous appartient et que vous avez tout à fait le droit d’inspecter de temps à autres les messages textes, les appels entrants et sortants, la liste de ses contacts et le droit de retirer le cellulaire à votre jeune si celui-ci ne l’utilise pas selon vos règles.
  • Les priorités personnelles changent chez votre jeune, celui-ci s’intéresse de moins en moins à la vie familiale. Son sport favori soudainement ne l’intéresse plus.
  • Le rendement scolaire diminue, des absences répétées de l’école, des téléphones du personnel de l’école à la maison mentionnant le manque de motivation de votre jeune.
  • Votre jeune ne respecte plus vos heures d’entrée à la maison et découche même sans vous avertir pour revenir le lendemain ou le surlendemain.
  • Le comportement change chez votre jeune, il devient plus cachottier, son besoin d’intimité devient exagéré, il vous empêche maintenant de rentrer dans sa chambre, il se replie sur lui-même allant même jusqu’à des symptômes de la dépression. Encore là, sa chambre vous appartient et c’est votre maison, votre hypothèque et cela ne vous prends pas de mandat d’entrée pour pénétrer dans sa chambre. Je vous inviterais même à la visiter régulièrement ainsi que son sac d’école.
  • La santé se dégrade, il a une perte de poids ou d’appétit, il a des problèmes de sommeil ou d’insomnie.
  • Les indices matériels sont aussi importants, tels que des pipes, des petites cuillères, des cannettes truqués pour cacher la drogue, du papier de cigarette, des seringues, des lames de rasoir, des pailles, des gouttes ophtalmiques pour masquer les yeux rougis par la drogue, car même s’ils n’ont rien d’illégal, ces objets peuvent être liés à l’usage de drogues.
  • Si vous avez des soupçons n’hésitez pas à agir et abordez directement la question avec lui.
Finalement, si vous vous rendez compte que votre adolescent a fait usage de drogues illicites, vous ne trouverez pas de réponse facile ni de solution unique, mais avec votre coach vous serez en mesure comme parent d’influencer le comportement de votre adolescent. Malgré ce que votre jeune peut vous dire, celui-ci vous considère comme une source de soutien, d’encouragement et d’encadrement et il a besoin de vous.

Petit conseil judicieux

Ne dénigrez jamais la gang que votre jeune a choisi, vous ne feriez que vous le mettre à dos, faites juste soulevez des questionnements, nommez vos inquiétudes et échangez sur les valeurs que vous lui avez transmises jusqu’à présent. Votre jeune a reçu de bonnes valeurs venant de vous et il saura les remettre en perspective par lui-même.
LES GANGS DE RUE

Votre jeune choisi-t-il un bon gang? L’adhésion à un groupe d’amis constitue une étape normale et importante pour votre jeune. Il a un besoin d’appartenance en dehors de sa cellule familiale. Malheureusement, tous les adolescents ne choisissent pas toujours de bons amis et de bonnes gangs.

Un bon gang, ce sont des amis qui se respectent entre eux, respectent les autres, s’amusent, se parlent et s’entraident, ne font pas usage de violence, ne cherchent pas la confrontation et n’exploitent pas les autres pour gagner du pouvoir ou de l’argent.

Un mauvais gang, ce sont des personnes qui recherchent le pouvoir, l’argent, peu importe le moyen utilisé, qui ne respectent pas les lois, qui n’hésitent pas à exploiter autrui pour arriver à leur fins, qui se regroupent pour se défendre, qui confrontent les autres et commettent des crimes parfois même violents.

Comme parents vous devez encadrer votre jeune à faire les bons choix et choisir un bon gang. Vous ne devez pas avoir peur de lui poser des questions.

Voici les indices vous permettant de penser que votre jeune fait partie d’un mauvais gang ou communément appelé «gang de rue »:
  • Connaissez-vous son emploi du temps?
  • Respecte-t-il vos règles, soit les heures d’entrée, les tâches, le rangement, etc.?
  • Est-ce qu’il a plus d’argent en sa possession qu’il a de revenus?
  • Est-ce qu’il a des objets en sa possession qu’il n’est pas en mesure de se payer?
  • Constatez-vous la disparition de divers objets dans la maison qui vous appartiennent?
  • Est-ce que votre jeune revient à la maison avec des blessures, des coups ou des ecchymoses?
  • Connaissez-vous les amis de votre jeune?
  • Votre jeune a-t-il modifié sa tenue vestimentaire?
Et bien d’autres questions encore que votre coach saura vous soumettre pour vous guider dans votre questionnement auprès de votre jeune.


NOTRE OBJECTIF: vous redonner un meilleur climat familial.